Petit théâtre…

KamishibaiSandrine et Stanilas, les célèbres artistes de l’heure du conte sont partis ce grand week-end du 11 novembre se ressourcer et chercher l’inspiration pour les prochains rendez-vous. Jannick Gauthier, la bibliothécaire, a donc remplacé exceptionnellement la conteuse et a installé son kamishibaï, baissé les lumières et invités  les visiteurs a s’asseoir pour découvrir ses albums préférés.

Dans le petit théâtre en bois, ce sont les images de La souris et le voleur, conte libanais illustré par Christian Voltz, qui ont défilé. En balayant, une petite souris trouve un sou. Elle pourra ainsi s’acheter de la viande. Mais ne souhaitant pas manger toute cette viande en une fois, elle met l’assiette sur l’étagère. C’est sans compter sur le voleur, sorte d’ogre gigantesque. Le lendemain matin, la souris s’aperçoit du larcin, file chez le juge et commence à énumérer tout les pièges qu’elle pourrait tendre au voleur. Et cette petite souris rusée à plus d’un tour dans son sac.

Puis Jannick a chanté le super  album de Mario Ramos, Le roi, sa femme et le petit prince. Jeudi matin, le roi, sa femme, le petit prince, le pingouin, l’hippopotame à vélo et le lion farceur sont venus chez moi pour me serrer la pince. Comme j’étais pas là, ha ! Le petit prince a dit, h i! Puisque c’est ainsi, nous reviendrons vendredi !

Ensuite avec son micro magique, la bibliothécaire a lu l’album Au loup ! de Stéphanie Blake. C’est l’histoire d’un petit lapin qui a trouvé une combine pour ne jamais faire ce qu’on lui dit. Dès qu’un grand lapin lui donne un ordre, Petit lapin crie: «Au loup!» et le grand lapin, apeuré, s’enfuit. Plus besoin de ranger sa chambre, d’apprendre l’alphabet, de faire pipi dans le pot, de prendre son bain! Petit lapin fait ce qu’il veut de sa vie, et c’est le paradis. Jusqu’au jour où une grosse voix, une voix beaucoup plus grosse que la sienne hurle dans son dos: «AU LOUP!» Cette fois, c’est au tour du petit lapin d’avoir peur.

C’est La petite grenouille qui avait mal aux oreilles de Voutch qui a clôturer la séance. À pleurer de rire ! C’est avec délectation que les enfants ont suivi la petite Zouzou dans les méandres d’un monde médical censé soigner un présumé mal d’oreilles qui ne cesse de s’amplifier. Ballotée d’un spécialiste à un autre, aux noms totalement absurdes, la conclusion de son parcours du combattant est franchement désopilante et très bien trouvée…

9 novembre 2013 dans Animation, L'Heure du Conte